Émilie Kahn : doux cri du coeur

Ne manquez pas le spectacle d’Émilie Khan au Palais Montcalm le 4 avril prochain :  https://www.facebook.com/events/175127113438069/

Ne manquez pas le spectacle d’Émilie Khan au Palais Montcalm le 4 avril prochain : https://www.facebook.com/events/175127113438069/

Éclosion

 L’histoire raconte que l’artiste aurait eu un violent coup de foudre pour le son de l’instrument, moment de grâce qui aura changé sa destinée. C’est ainsi que la romance entre Émilie et Ogden serait née. Ensemble, ils ont lancé en 2015 l’album 10 000, sous le pseudonyme Emilie & Ogden.  Composé de 11 ballades aux sonorités indie folk, voire folk rock pour certains morceaux, le disque relate les aléas d’une jeune vie amoureuse, d’une intensité euphorique comme cruelle. 

 Dans les premières années, la chanteuse-compositrice-interprète met sa harpe de l’avant, s’éclipsant parfois à ses dépens. Une vidéo virale d’une reprise de la chanson Style de Taylor Swift fait sensation, la chanteuse internationale la republiant même sur ses réseaux, mais c’est surtout l’instrument qui est encensé.  

 Duo qui étonne à plusieurs niveaux, Émilie et son Ogden se taillent rapidement une place sur la scène montréalaise. L’artiste fait suivre son premier lancement d’album d’une tournée comme tête d’affiche et des premières parties du groupe Half Moon Run. Ogden et elle voyagent même jusqu’en Europe, où ils font plusieurs spectacles avec le groupe Plants and Animals.

 Déchirure

 Trois ans après le lancement de 10 000, Émilie Kahn n’est plus la même. Nouveau nom, nouveau son, un abandon qui lui donne de l’aplomb.

 Pour son album Outro, sorti le 22 février dernier, l’artiste laisse tomber le pseudonyme inclusif et présente seule son nouvel opus. La harpe s’y fait plus discrète, le folk laisse place à l’électro.

 Cette transition vers l’électro s’est pourtant faite un peu par hasard. Selon la chanteuse, Warren C. Spicer de Plants and Animals, avec qui l’album a été créé, s’est surpris à ajouter des sons électroniques à une version plus acoustique de Island. À l’écoute, Kahn et Spicer ont été conquis : ils avaient trouvé l’âme d’Outro.  Cet ajout de batterie et de synthétiseur donne un ton plus actuel aux pièces, qui ont d’ailleurs été comparées plusieurs fois déjà au son de Milk and Bone depuis la sortie de l’album il y a un mois seulement.

 Réaffirmation

 Outro est définitivement un second souffle, plus affirmé, plus personnel, plus authentique, de la chanteuse Émilie Kahn. Elle souligne elle-même avoir grandi pendant les quatre dernières années en tant que personne et en tant qu’artiste. Elle s’est ouverte à Philippe Papineau du journal Le Devoir à ce sujet : « Je me suis rendu compte que j’étais une songwriter qui joue de la harpe et pas nécessairement une harpiste. Et je ne sentais plus le besoin de mettre la harpe en avant du projet[1]. »

 Alors que les thèmes abordés dans 10 000 rapportaient à l’adolescence et ses tourments, des morceaux comme Island ou Three font plutôt penser à des récits initiatiques, des réflexions plus achevées sur l’expérience du passage à l’âge adulte.

 Kahn montre plus de maturité dans la tonalité et dans les paroles de ses chansons, mais également dans l’esthétique des images qu’elle choisit de présenter d’elle.

 Sa vidéo de la chanson d’Island reflète d’ailleurs à merveille le ton de la pièce, mettant de l’avant une beauté douce, caractéristiquement féminine, qui inspire la délicatesse de l’esthétique parisienne.

 À venir

 D’une fragilité désarçonnante, la nouvelle Émilie Kahn plait : il est facile de s’identifier aux thématiques qu’elle aborde, son virage plus pop laisse place à bon nombre de mélodies accrocheuses et la beauté de sa harpe saisit toujours. Il va sans dire que la chanteuse continuera de tailler sa place sur les scènes montréalaise, québécoise et internationale.

 Indéniablement, la grâce de l’instrument décuple le plaisir de voir Émilie Kahn en spectacle.  À la suite du lancement de son nouvel album, la chanteuse-harpiste fera plusieurs spectacles au Québec, avant de partir pour l’Europe où elle se produira dans plusieurs grandes villes.

 Émilie Kahn sera en spectacle à la salle D’Youville du Palais Montcalm à Québec le 4 avril prochain. Voyez aussi Valence en première partie, nouveau projet solo très attendu de Vincent Dufour (anciennement de Medora).

[1] Philippe Papineau, «L’assurance trouvée d’Émilie Kahn», dans Le Devoir, 23 février 2019, https://www.ledevoir.com/culture/musique/548341/l-assurance-trouvee-d-emilie-kahn

mickaele.PNG

C’est sous le thème de la rupture qu’Émilie Kahn, jeune chanteuse montréalaise de 28 ans, présente son nouvel album Outro. Les paroles de ses chansons témoignent sans contredit d’une rupture amoureuse, mais le changement dans le ton et dans le son d’Outro expriment pour leur part une rupture d’avec l’Émilie adolescente, une rupture dans le processus créatif et, inévitablement, une rupture d’avec Ogden, sa harpe.